Sur internet, on peut trouver de nombreux sites consacrés à cet oiseau fétiche; il suffit de taper dans le moteur de recherche: hummingbird, picaflor, ou colibris… Je tire de mon expérience personnelle quelques points importants. Il y a 343 espèces de colibris recensées et on ne les trouve que dans le Nouveau Monde: depuis l’Alaska jusqu’à la Terre de feu, en Argentine.

On ne les trouve nulle part ailleurs, excepté dans quelques centres pédagogiques ornithologiques tels que le Jardins des papillons et colibris; inutile de les chercher en Europe ou en Afrique. Par ailleurs, notre ami supporte très mal la captivité... et c’est tant mieux ainsi.
Parfois, même pour un expert, il est difficile de les identifier au premier coup d’œil. Chaque espèce a des sous-variétés, avec parfois plusieurs déclinaisons, sans compter les dimorphismes mâle/femelle et juvéniles. Pour les reconnaître, les ouvrages ornithologiques me sont utiles, mais je préfère l’œil plus averti des spécialistes sur le terrain. C’est pour cela que je garde précieusement les contacts de mes correspondants sur place.
Mobirise

J’ai remarqué que les colibris s’entendent bien avec les araignées:
● ils utilisent leurs toiles pour tapisser les nids
● ils prélèvent certains insectes qui sont pris dans leurs toiles (besoin de protéines)
● on retrouve très souvent des toiles d’araignées sur leur bec et leurs plumes.
Par contre, ils ne font pas bon ménage avec les guêpes et abeilles; il leur arrive même parfois de se faire attaquer!

Ils doivent se garder également d’un ennemi impitoyable: la mante religieuse qui fréquente aussi les abreuvoirs… Elle est à l'affût pour attaquer les colibris de petite taille!
Dans les abreuvoirs à colibris, il y a toujours un individu dominant: le chef de l’abreuvoir… Il attaque celui qui se permet de rentrer dans son territoire… Mais les autres colibris ont trouvé la parade… ils viennent groupés à l’abreuvoir, dissuadant ainsi le chef de s’attaquer à la troupe.
Les abreuvoirs à colibris doivent être supervisés par des personnes passionnées, compétentes et disponibles. On leur donne une eau sucrée comportant 1 part de sucre blanc pour 4 parts d’eau préalablement bouillie pour anéantir les germes. L’eau doit être refroidie avant d’ajouter le sucre afin d’éviter une consistance sirupeuse et il faut bien mélanger. Il ne faut verser que la quantité que l’on prévoit pour la journée, par exemple 100cc; le reste de la préparation étant conservé au frais. Chaque jour, on rajoute la dose journalière, après un rinçage méticuleux de l’abreuvoir.
Dans certains endroits, j’ai été effaré de voir que certaines personnes attiraient les colibris avec de l’eau sucrée dans leur bouche… Le baiser du colibri est à proscrire!!! La bouche humaine est le réservoir de nombreux germes, notamment des streptocoques et des staphylocoques, assurément mortels pour les colibris!!! De même, il ne faut pas attirer les Colibris avec de l’eau sucrée dans la main!